Gex

10.9.2015 GEX: La ville n’accueillera pas de réfugiés

a-la-fin-du-conseil-le-maire-patrice-dunand-a-tenu-a-se-positionner-sur-l-accueil-des-refugies-1441821401

À la fin du conseil, le maire Patrice Dunand a tenu à se positionner sur l’accueil des réfugiés.

Décisions modificatives du budget, demandes de subventions pour le réseau des pistes cyclables, rapport de gestion de la Semcoda, réforme du régime des concessions de logement de fonction, conventions avec le centre culturel Les libellules pour occuper une salle et de partenariat avec l’association Éclat, ont fait le lit des délibérations à voter lors du conseil municipal en début de semaine.

Mais il aura fallu attendre la fin de la séance du conseil pour apprendre la nouvelle la plus importante, relative au positionnement de la ville en matière d’accueil des réfugiés.

Après la conférence de presse du président de la République, annonçant d’ici à la fin de 2018, l’accueil en France d’environ 24 000 réfugiés et la réception d’un courrier adressé par le ministre de l’Intérieur à tous les maires de France les invitant à se positionner sur l’accueil des migrants, le maire de Gex Patrice Dunand a commenté : « Tout le monde est touché par les informations et photos publiées dans la presse ».

800 demandes de logements sociaux dans le Pays de Gex

Mais comment répondre à cette politique d’asile en Europe et accueillir les réfugiés dans les communes ?

Patrice Dunand a expliqué longuement sa position. « Malheureusement depuis des années, ces populations sont en souffrance d’où qu’elles viennent et en tant que citoyen, tout le monde est touché par cette situation inhumaine. Mais ce problème est national et un très mauvais signal a été donné : comment arrêter le flux des migrants et surtout comment intégrer toutes les populations ? L’État se retourne vers les maires à un moment où les dotations dans les communes sont en baisse. »

« Comment gérer leurs accueils, les loger alors que dans le Pays de Gex, leur donner du travail, alors que nous avons près de 800 demandes de logements sociaux dans le Pays de Gex ? » s’interroge encore le maire.

Devant les problèmes posés, la ville n’accueillera pas de migrants.

L’opposition avec Henri Redier, en charge du logement social et Michel Amiotte (Solidaires pour l’avenir de Gex) a approuvé dans l’ensemble la position du maire. Michel Amiotte a ajouté que « la vente des armes ne favorisait pas un retour à la paix dans ces pays ».

Seul Sébastien Charpentier était plutôt favorable à l’accueil des migrants dans la ville de Gex.

Par Suzanne BEL / Le Dauphiné Libéré